TOEFL et TOEIC, préparer vos tests d’anglais en Angleterre ou aux Etats-Unis

Différence entre le TOEFL et le TOEIC :

Tous les deux sont des tests officiellement reconnus dans le mode entier afin d’évaluer le niveau d’anglais. Ils comportent un certain nombre de points et plus les candidats en obtiennent, plus leur maitrise de la langue de Shakespeare est importante. Le TOEFL qui signifie « Test of English as as a Foreign Language » fut créé en 1964 et il évalue plus particulièrement le niveau d’anglais d’un point de vue littéraire et académique. Le TOEIC, « Test Of English For International Communication », est plus récent. İl fut introduit en 1970 afin d’estimer les compétences en anglais nécessaires dans la vie professionnelle. Ceux qui souhaitent intégrer un cursus universitaire dans un pays anglophone ou encore enseigner l’anglais doivent plutôt s’engager dans le TOEFL. En revanche, ceux qui ont besoin de la preuve de leur bon niveau, afin de postuler à certains postes où l’anglais est exigé, se dirigeront davantage vers le TOEIC, où un vocabulaire plus adapté au monde professionnel est privilégié. Toutefois, le jargon spécifique n’est pas abordé.

Le fonctionnement du TOEFL :

Le TOEFL se présente sous deux versions, papier et internet. La forme dite « computer » (Computer-Based TOEFL) n’exıste plus depuis 2009. Le test à travers internet, le « Internet-Based TOEFL » (IBT) est beaucoup plus sommaire, il ne comporte que 120 points. Le « Paper-Based TOEFL » (PBT) est plus complet et le résultat est calculé de 310 à 677 points. Les deux formules se divisent en quatre parties. Pour la version internet, il y a la compréhension écrite et vocabulaire, la compréhension orale, l’expression orale et l’expression écrite. Chaque partie est notée sur 30 points. Pour le TOEFL dit sur papier, les quatre sections sont similaires, mais quelque peu plus développées. İl y a la compréhension orale, la structure et expression écrite, la compréhension écrite et vocabulaire et la rédaction. Le nombre de point nécessaire pour rentrer dans une université dépend d’un établissement à l’autre. Toutefois, le minimum requis est de 500 points pour le Paper-Based TOEFL et de 61 points pour le Internet-Based TOEFL. Pour prétendre étudier dans les plus prestigieuses universités américaines, il faut parvenir à obtenir plus de points. Par ailleurs, les résultats du TOEFLE ne sont valables que deux ans. Au-delà de ce délai, il convient de repasser l’examen pour poser sa candidature. Si le résultat obtenu n’est pas satisfaisant, il est possible de repasser une ou plusieurs sections dans un délai de trois mois. Dans beaucoup de pays, en revanche, être titulaire d’un bon score au TOEFL peut suffire pour enseigner l’anglais.

La notification du TOEIC :

L’examen se présente sous forme de 200 questions à choix multiples et dure 2 heures. La première partie, la compréhension orale, doit être effectuée en 45 minutes et la seconde, la compréhension écrite, en 1 heure 15. Afin de déterminer le niveau de la compréhension orale, il faut répondre à des questions après avoir écouté des phrases dans 4 contextes différents : description de photos, des questions, des dialogues et des monologues. Quant à la faculté à écrire la langue anglaise, elle est jugée avec des phrases et des textes à trou, ainsi que sur l’écriture de réponses à des questions relatives à un texte. Le nombre total de points est de 990 et la note obtenue caractérise la couleur du certificat qui est octroyé. De 10 à 215 points, il est orange, brun de 220 à 465, vert de 470 à 725, bleu de 730 à 855 et enfin or de 60 à 990 points. İl est contre-productif de mentionner avoir passé le TOEIC sur un CV si le certificat n’est pas au minimum vert, voire bleu.

Préparer son test en Angleterre ou aux États-Unis :

De multiples établissement proposent des préparations aussi bien au TOEFL qu’au TOEİC et ce, aussi bien en France qu’à l’étranger. L’avantage de choisir un pays anglophone est bien entendu la possibilité d’immersion dans un environnement totalement anglophone. Le TOEFL comme le TOEİC ne permettent pas vraiment de connaître les performances orales. Ainsi, l’étudiant peut être tenté de se concentrer sur la grammaire, l’expression écrite et la compréhension orale sans chercher à améliorer leur expression orale. Se retrouver plusieurs semaines dans un pays où tout le monde parle anglais est le moyen idéal de se sentir à l’aise aussi bien à l’écrit qu’à l’oral et de ne pas limiter son apprentissage de l’anglais à la forme écrite. Le langage de tous les jours, les expressions typiques et familières ne peuvent se comprendre que lorsque l’on vit quelques temps dans un pays. Par ailleurs, c’est le meilleur moyen d’acquérir un bon accent. Afin de mettre toutes les chances de son côté de réussir au mieux l’un de ces deux tests et passer le cap de l’appréhension de parler l’anglais, il est plus que conseillé de choisir une formation au Royaume-Uni ou aux USA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *